Histoire d’écrire un peu

Histoire d’écrire un peu, je fais un article où je récapitule mes combats du moments. D’autant que ça me remettra dedans pcq en ce moment c’est un peu transitoire et compliqué dans ma vie. Disons que mon rythme a été chamboulé et aussi que mon moral vacille un peu depuis Noël.

Grosso modo le plan c’était de maintenir mon poids. J’y arrive maintenant. Donc on pourrait enclencher la phase qui voudrait qu’on descende encore de 13-15 kg pour cette année (oui oui c’est très lent, mais force est de constater que j’ai quasiment pas repris mon poids depuis environs Août, et c’est carrément fou, pcq j’avais pris 40 kg en 10 ans) Donc je continue de me peser tous les jours, dès que je prend un peu trop d’un jour à l’autre, je me demande ce que j’ai mangé dont j’aurais pu me passer, ou alors quel écart j’ai pu faire.

Mon sommeil, arf, même si en janvier j’ai su tenir 7h par nuit, en ce moment c’est le chaos total ! La preuve, je vous écris à 2h20 du matin !

Niveau hydratation, je crois bien avoir pris le pli des 1L par jour au moins. Je me pose souvent la question le soir, et avoir une gourde de 0,5L est vraiment un bon moyen de savoir où on en est, et de s’hydrater régulièrement. Cependant, ma peau est un peu moins bien qu’il y a un mois. Mais j’ai abusé niveau sucre ces derniers temps.

Niveau sport, je souhaitais faire 150 min d’activité par semaine. Pour l’instant sur 4 semaines j’ai une moyenne de 115 min la semaine. Ah bah franchement je m’attendais à pire ! Je viens de le calculer. Mais j’essaie de conscientiser un peu ce besoin. Et j’avoue que je me suis fais un joli tableau excel sous forme de diagramme de Gantt pour répertorier tout ces aspects pour voir où j’en suis. C’est mon bullet journal à moi pour les habitudes ! En tout cas voilà, j’essaie d’instaurer une moyenne de 20 min par jour. J’en suis à environs 16min. Je vous avoue que je fais pas quelque chose tous les jours, mais j’avoue que de sortir tard et de devoir rentrer du centre ville me vaut facilement 40 min. Où alors de ne pas attendre le bus, ça me fait 15 min. Il y a aussi les escaliers, étant au deuxième, j’essaie de me botter les fesses pour monter à pied, etc, etc…

Voilà pour les habitudes que j’essaie d’instaurer niveau santé. Toujours pas trop de grignotages, même si du chocolat est passé par là, ainsi que des bananes et du yaourt (il va falloir que j’apprenne à me contrôler sur les yaourts quand j’en achète)
J’essaie de conserver mon ratio dans l’assiette, mais pas facile quand on ne mange pas toujours à la maison. D’ailleurs, ça manque d’endives ou de salades chez moi en ce moment. Et puis voilà, je ne crois pas avoir des choses à ajouter ! En tout cas je recommande vraiment, vivement, à tout le monde de revoir ces bases, pcq franchement, la prévention en santé vaut tous les remèdes, j’dis ça même si mon état de santé n’est pas terrible, mais je préfère instaurer des habitudes maintenant, plutôt que l’habitude soit la piqûre d’insuline, avant le somnifère et juste après mon Lexomyl… Vous voyez l’idée…

Prenez soin de vous !

Publicités

Rendez-vous chez la nutritionniste

Aaah, j’ai tellement de choses à dire et pas à la fois. Ça m’énerve ! Ma médecin a laissé un message pour de la perte de poids, j’ai jamais demandé ça ! Je voulais des conseils pour arrêter le sucre. Alors la nutritionniste m’a demandé quand j’ai commencé à prendre du poids, j’ai répondu, 7/8 ans. Et c’est tout… On n’a pas parlé de la part de l’émotionnel, et en fait elle s’est conduite comme tous les médecins que j’ai vus jusqu’à présent : « attention, il faut pas boire de soda, même du light » punaise mais j’en bois plus depuis des siècles, on me disait ça j’avais 10 ans quoi… mais sérieusement, tu as continué à apprendre après ton diplôme ?

Je suis énervée ! Elle m’a proposé un plan de journée type, mais genre, ça m’a tuée, y’a rien d’neuf sous le Soleil :

Dans un premier temps, elle m’a demandé si je prenais un petit déjeuner, baaaah non, et elle insiste pour que j’en prenne. On analyse : un fruit, un yaourt, du pain et de la confiture. Meuf tu m’as écoutée quand je t’ai dis que j’étais pré-diabétique ? J’mange presque pas de pain, et ajouter un petit déjeuner ne me fais pas moins manger aux autres repas, du coup, j’ai déjà un problème de sucre, mais elle, elle m’ajoute du pain et de la confiture. Le fruit je dis pas, ça me paraît cohérent. Mais merde quoi ! Sérieusement ? Du pain et de la confiture ? Et elle précise pas : complet, pas complet, pareil pour les féculents. Et puis, les yaourts, si c’est pour prendre du nature, je le sais par expérience, je ne le mangerai pas. Donc je vais me retrouver à jeter une plaquette de yaourts au bout de 2 mois, ou alors à acheter des yaourts que j’accepterai de manger (et donc, souvent sucrés)

Alors, en haut de la feuille, ça m’a fait rire, elle met : pas de sucreries, pas de glace, pas de fromage, pas de charcuterie… Sans déc… elle m’a à peine demandé ce que je mange. En fait, j’ai surtout l’impression qu’il n’y avait absolument aucune écoute quoi.

Autre problème : elle donne des proportions, mais qui semblent juste standard. Proposer 100g de féculents pour un repas, ça fait vachement proportions à la louche pour tout le monde. Euuuh … Alors, je veux bien qu’il y ait des proportions. Je vois deux choses :
dans un premier temps, lorsqu’on parle d’une proportion de 1/3 x 3 (vous savez, le fameux, fibres, féculents, protéines) et qu’on donne une portion pour l’un des aliments, on fige le reste. Alors, ayant un certain poids, je ne nécessite pas que de 1200 ou 1600cal par jours. Je veux dire, j’ai fais le calcul des calories nécessaires pour mon poids et ma taille, et mon besoin calorique pour maintenir mon poids est de 2260 cal. Des études ont été menées et au-delà d’une certaine carence calorique, le cerveau va chercher à stocker jusqu’à ré-atteindre le poids où cela a commencé, voire même il va chercher à prendre plus.  (je vous renvoie au livre de Michel Desmurget, l’Anti-Régime qui se base sur des études scientifiques et une analyse de celles-ci). Il me semble que ce ratio est de l’ordre des 15 % en moins, pas plus, donc je ne dois pas passer en dessous des 1920 cal journalières.

Elle a été très infantilisante. Je venais de me taper une journée énervée, et j’ai mangé genre 4 yaourts type Gervita fraise melba pour le repas de midi. Ce n’était pas de la faim, je pense que celleux qui ont des problèmes de poids savent très bien ce qu’il faut ou pas manger. Mais qu’on sait tous que notre cerveau nous y pousse, pour nous rassurer quelque part. Et elle insiste : « 1 seul yaourt hein » avec ce ton condescendant qui te dit que tu es une vilaine fifille et qu’il faut obéir, et chose que je n’avais pas vue, sur le papier qu’elle m’a écrit, c’était écrit : 1 fruit ou 1 yaourt, et plus loin un seul yaourt. Écris en grand et souligné plusieurs fois. C’est bon j’ai pas 5 ans !

Le dîner, elle me dit de faire léger. C’est pareil, je n’aime pas rester sur des suppositions, je veux qu’on m’explique. Pcq théoriquement pour moi on a une quantité d’énergie dans la journée, et je ne vois pas pourquoi le corps stockerai plus le soir que le matin puisqu’il est habitué à prendre les repas comme ça. Qu’on m’explique. En fait je suis grave en rogne, puisque j’ai essayé de rentrer dans un moule toute ma vie concernant mon sommeil, et ça me rend dépressive de chercher à me lever plus tôt que mon rythme biologique. C’est d’une violence, ça fait mal à la tête, ça fait des somnolences en journée, c’est dangereux, et on passe son temps à s’endormir partout ! Franchement, la période où j’ai essayé de décaler mon sommeil de 1h m’a rendue tellement malade et déprimée. Alors si je dois me mettre à prendre un petit déjeuner, il va falloir déjà se lever plus tôt pour le faire, ensuite trouver un petit déjeuner qui ne me flingue ni ma santé, ni ma prise de sang. (tout ce qui concerne le petit déjeuner est 9 fois sur 10 sucré, je ne sais même pas quoi manger au p’tit déj, et ce n’est pas faute d’avoir essayé les années précédentes)

Autre chose, elle s’est moquée de moi quand j’ai dis mon métier, et j’ai dis, mais plus pour longtemps. Genre elle m’a regardée et elle a rigolé genre « ahah c’est drôle ». Non c’est juste vrai en fait ! C’est en cours ! Elle devait vraiment penser que j’étais une pimbêche, je sais pas, mais ça m’a gavé !

Du coup, je me dis, elle m’a allégé le seul repas que je peux réellement faire équilibré, le dîner, en limitant à 3 cuillères de féculents. Sérieusement ? Et je gère comment la fringale si j’ai encore faim à la fin du repas ? Baaah, le soir, avec l’accumulation de la journée, l’amygdale bien attaquée en général, le fait d’être à la maison, et de pas me coucher à 22h, si je ne mange pas de façon à me caler, je risque de taper une crise de boulimie.

Avec ça je lui demande : comment je risque de perdre, si j’allais perdre vite ou pas ? Elle m’a répondu environs 5 ou 6 kilos en 1 mois… J’ai cru que j’allais la baffer. Je lui ai dis que je ne souhaitais pas perdre autant pour pas passer par de la chirurgie ensuite, elle n’a même pas prit la peine de me répondre.

Elle a fini par me dire : notez ce que vous mangez, comme ça je pourrais me faire une idée, et n’hésitez pas à écrire vos questions, comme ça vous pourrez me les poser. Ohlala, ce sera un test, un et un seul meuf, parce-que la séance m’a coûté 55e (il faut savoir que normalement, ayant un IMC très élevé, étant dans le Bas-Rhin, je devrai avoir une prise en charge totale pour un coaching préventif du diabète et un remboursement de séances de sports, mais aucun des deux médecins ne me l’a mentionné). Alors je vais la tester la prochaine fois, et suivant ce qu’elle me dit, je ne renouvellerai pas le rendez-vous. Mais j’y retourne juste pour ça et la prise de sang qu’elle m’a prescrite, sait-on jamais.

Synthèse :

  • Vouloir me forcer à prendre un petit déjeuner sans s’inquiéter de mon rythme biologique et sans m’expliquer pourquoi c’est important (pcq’il y a plusieurs écoles sur le sujet)
  • Proposer des aliments qui risquent d’aggraver mon problème médical
  • Aucun conseil sur les aliments (complets ou pas et les modes de cuisson)
  • Aucune adaptation des proportions en fonction de mon poids ni pour voir sur la durée
  • Plus dangereux encore, faire un plan qui fait perdre trop de poids en peu de temps : donc risque d’aggraver la situation de l’obésité

Comment voulez-vous que je donne ma confiance à des médecins ? Parce-que OUI OUI, il s’agit bien d’une médecin. Ça m’énerve tellement !

colere.jpg

Alimentation : régime méditerranéen

Je suis allée voir la médecin il y a une semaine concernant mes résultats sanguins. Grosso modo, comme je l’avais dis :

  • elle m’a alertée sur mon taux de triglycéride élevé ;
  • elle m’a dit que mon taux de glycémie à jeun élevé était une intolérance au sucre (elle m’a parlé d’état pré-diabétique).

Donc moins alarmant que ce que je pensais. Je lui ai demandé un rendez-vous chez un.e nutritionniste.

NDLR : Alors j’ai eu une hésitation dans son cabinet, je ne savais pas quel était le terme entre nutritionniste et diététicien.ne. Le/la nutritionniste est un médecin, contrairement au / à la diététicienne.

NDLR2 : Dans un cas comme le mien où la glycémie à jeun est au-dessus de la limite, le médecin prescrit une autre prise de sang, un peu plus détaillée sur la glycémie. Notamment on dose l’hémoglobine glyquée, qui est une molécule qui porte un nom de plaque d’immatriculation HbA1c. Et c’est cette molécule qui devrait donner plus d’information concernant le diabète.

Alors je me suis renseignée, et j’avais déjà en tête de modifier encore quelques petites choses dans mon quotidien (ouais pcq bon j’suis loin de l’hygiène de vie parfaite hein, je rappelle que c’est toujours un peu le bordel dans mon appart’, même si c’est moins qu’avant, et que ma vie est toujours aussi « messie » ahah). La première chose qui me vient en tête c’est de faire un peu d’activité physique. Il faut savoir que je suis complètement sédentaire. À part les escaliers que je descend plus souvent que je ne monte, sinon je fais appartement -> bus -> tram -> travail … Et il n’y a pas beaucoup de mètres entre chaque. Donc, il va bien falloir à un moment donné, que je commence à me bouger. C’est recommandé pour plusieurs raisons : la perte de poids, la baisse du taux de sucre dans le sang, la hausse du HDL, et il semblerait qu’on puisse inverser la tendance d’un diabète non-insulinodépendant (à prendre avec des pincettes, je ne suis ni médecin, ni chercheuse dans le domaine, à vérifier et appuyer, puisque là je n’ai pas de sources fiables à ce sujet)

Ensuite, après avoir vu ma médecin, et après avoir lu plusieurs choses concernant le diabète, le cholestérol, etc… Je suis tombée sur différents articles qui en revenaient toujours au même point : le régime méditerranéen est le plus adapté dans ce genre de situations. Il y a plusieurs raisons concernant le peu d’apport en protéines animales, le peu de sucre, la grande quantité de fibres, et l’utilisation exclusive que de l’huile d’olive. On trouve une pléthore de sites webs qui en parlent et en vendent les mérites.

Je vais partir de cette page particulièrement : le régime méditerranéen pour établir le plan d’action. En fait je vais pas mal me baser sur la pyramide de la fin d’article.

cret

Et donc la base de la pyramide est l’activité physique. Sur les sites d’information sur le diabète, on parle de faire au moins 2h30 de sport par semaine. Pour ma part, j’ai moins de mal avec la marche qu’avec le reste. Il y a donc plusieurs approches : soit on fait ça en une séance dans la semaine, soit on divise en 2 ou plusieurs fois. Moi qui préfère un suivi quotidien de ce que je fais, sinon j’oublie vite de faire les choses, je pense que l’idéal est de diviser en 5 ou 7j et donc soit 30 soit 20 min de marche par jour dans l’idée de remplir le quota de 150 min sur 7 j. Une fois que j’aurais cette habitude, on verra, si je n’ai pas changé de direction entre temps, comment passer à la suite.

Sources

Notez que sur les aspect santé, il n’y a pas que la France à prendre en compte, je pioche souvent dans les sites de recommandations des États, comme manger bouger, les sites Suisses, Belges, mais surtout Canada. Il me semble que ce dernier fait beaucoup sur la santé et l’environnement en général. Et puis cela permet d’avoir plusieurs avis tout en restant sur des sites francophones. Après, il y a également des sites dans d’autres langues si cela vous est accessible.

https://www.passeportsante.net/fr/Nutrition/Regimes/Fiche.aspx?doc=mediterraneen_regime

http://www.regime-mediterraneen.fr/

https://diabetnutrition.ch/

https://www.diabete.qc.ca/

https://www.federationdesdiabetiques.org/

Sommeil, on est presque au bout…

Je suis heureuse de vous annoncer qu’après plus d’un et demi, j’ai trouvé une solution tenable pour le sommeil… Et elle est très simple : faire comme je faisais avant. Je m’explique : je me suis toujours couchée et levée tard. Malheureusement, on nous dit qu’il nous faut absolument arriver au bureau avant 9h ou 8h… Mais non, c’est juste pas possible. J’ai vu la différence, entre quand j’ai essayé de « dompter » mon sommeil et quand j’ai essayé de gérer mon sommeil.

Après 1 an et demi d’observation, la conclusion est simple : je dois me coucher à 1h du matin et je me lève presque naturellement vers 8h30. Si je me couche avant 1h sans être fatiguée, je fais des nuits agitées, voire, je me lève à 5h du matin, ou alors je n’arrive pas à entendre le réveil. Alors pourquoi vouloir forcer ma nature ?

Je me doute de votre réponse : comment faire quand notre travail l’exige. Malheureusement j’ai la chance de pouvoir choisir plus ou moins mes horaires. Malheureusement la société nous pousse à prendre sur soi pour des entités inexistantes que sont les « entreprises » …

En tout cas, j’avais pris la décision de dormir 7h par nuit au moins, pour essayer d’éviter les problèmes. J’ai noté mon temps de sommeil pour chaque nuit tout le mois de janvier. J’ai une moyenne de 7h et 1 minute par nuit. Je n’ai pas trop de mal à me lever, si ce n’est la motivation qui me manque souvent ou le froid de la chambre quand j’oublie de rallumer le radiateur après avoir aéré la chambre x)

Mais oui je pense qu’il est une bonne pratique que de s’imposer 7h par nuit (voire 8h) car on se demande à quelle heure on devrait se coucher, et on y vient plus facilement.

Mes 30 ans !

Mes 30 ans c’est demain ! Alors l’objectif d’être en bonne santé pour la trentaine n’est pas rempli. Tant pis c’est comme ça. Je commence vraiment fort : j’ai été licenciée, la personne qui m’intéresse fréquente une autre personne, j’ai un pré-diabète… Ça c’était pour les choses négatives.

Les choses positives, et il y en a une qui n’est pas des moindre : j’ai une peau de ouf ! Je pense que l’hydratation quotidienne, avec mes 1,5 L d’eau par jour y est pour quelque chose. Non mais franchement, je n’ai pas eu une telle peau depuis mes 12 ans !

Donc voilà ! On va rester là-dessus, pour mes 30 ans, j’ai une super peau !

skin

Bilan sanguin

Alors j’ai reçu mes résultats d’un bilan sanguin que j’ai fais samedi 5 janvier (bon moment pour en faire un, juste après les fêtes, et les 1001 spécialités fromagères des montagnes).

Alors pour comprendre tout le contexte : j’ai vu une médecin la dernière fois pour me faire un arrêt de travail. Il faut savoir que je n’ai pas changé de médecin traitant depuis que je suis partie de chez mes parents. Comme je lui ai expliqué, dans les grandes lignes, ma démarche santé, elle m’a proposé de faire un bilan sanguin complet : pour voir un peu l’activité contre les infections, le sucre, le cholestérol, les reins, et un dépistage MST. Franchement royal, je trouve ça vraiment sympathique de me proposer de faire le tout !

De plus, j’ai des antécédents de maladies type diabète et problèmes cardiaques. Donc c’est à surveiller, et ça me va bien. Je souhaitais savoir si mon jeûne hebdomadaire avait eu un effet bénéfique sur le sucre dans mon sang (notamment les triglycérides qui étaient élevées chez moi depuis mes 20 ans et des brouettes)

Je me suis donc armée de mon bilan, et d’un site : Interpréter sa prise de sang

Pour toutes les autres informations, j’ai recherché par mot clé au fur et à mesure que j’ai avancé dans l’analyse.

Mon interprétation

Alors, j’ai essayé d’interpréter à ma sauce. Je rappelle que je ne suis pas médecin, et que je ne prétends pas l’être, mais que je souhaitais interpréter ça à ma manière et voir ce que ma médecin m’en dit !

Alors pour chaque élément qui ont attiré mon attention, j’ai essayé de trouver un moyen de déterminer un indice qui serait plus parlant. J’aime bien calculer, et faire des montages de calculs, faut pas m’en vouloir, c’est mon dada (ça et les « fichiers excel ») 😀

Lorsqu’une valeur doit se trouver entre deux valeurs, on parle d’encadrement, et j’ai donc tenté de ramener ces encadrements pour que les valeurs normales se trouvent entre 0 et 1. On voit tout de suite si on dépasse et de combien de pourcent, puisqu’une valeur de 1,34 par exemple, voudra dire qu’on dépasse de 34 % de la valeur favorable.

Les triglycérides

Les triglycérides devraient se situer entre 0,5 et 1,5. Donc si on souhaite passer de 0 à 1, on a une valeur x qui représente notre valeur :

0,5 < x < 1,5

Pour avoir le plancher à 0, on doit retirer 0,5, on le retire partout :

0,5 – 0,5 < x – 0,5 < 1,5 – 0,5

ce qui devient : 0 < x – 0,5 < 1

Donc, au final, si on retire 0,5 à notre valeur, on saura si on est dans les clous.

Bon, c’est inutile là comme ça, mais maintenant, le cas pratique. Il y a 3 ans j’ai fais une prise de sang, et j’avais 2,68 g/l et j’ai désormais 1,89 g/l.

Remarque : le fait de jeûner une fois par semaine était entre autre un test pour moi pour voir si j’allais perdre des triglycérides qui était la valeur la plus problématique dans mon bilan sanguin, et cela faisait 10 ans qu’elle était aussi haute.

Sur mon indicateur, on a donc :

  • en 2016 : 118 % de trop
  • en 2019 : 39 % de trop.

Analyse de moi : c’est en bonne voie, on va essayer de voir si ce taux descendra encore.

Les Cholestérols

Alors l’encadrement pour la totalité des cholestérols, on est entre :

0,2 < x < 2

on retire 0,2 pour avoir 0 en début :

0,2 – 0,2 < x – 0,2 < 2 – 0,2

0 < x – 0,2 < 1,8

et pour avoir 1 à droite, on divise par 1,8 :

0 / 1,8 < ( x – 0,2 ) / 1,8 < 1,8 / 1,8

ce qui donne :

0 < ( x – 0,2 ) / 1,8 < 1

Donc, en gros, pour pouvoir analyser de la même manière que pour les triglycérides, on prend la valeur, on fait moins 0,2 et on divise le tout par 1,8.

Alors, on aura alors :

  • en 2016 : 2,10 g/l et donc un indicateur à 1,06 ==> 6 % de trop
  • en 2019 : 2,17 g/l et donc un indicateur à 1,09 ==> 9 % de trop

Donc une augmentation des cholestérols. De ce que j’ai compris, il faut voir en détail les HDL et LDL pour savoir si c’est bon ou mauvais signe. Le LDL était le « mauvais » cholestérol.

HDL

Ce taux doit être plutôt haut que bas. C’est le « bon » cholestérol. Il devrait être au-dessus de 0,65 g/l et donc si on divise par 0,65, on aura un indice qui devra être supérieur à 1. Si on a un indice à 0,7 on sera 30 % en-dessous. Alors :

  • en 2016 : 0,3 g/l ; indice : 0,46 ==> 54 % en moins
  • en 2019 : 0,36 g/l ; indice : 0,55 ==> 45 % en moins.

Il y a de l’amélioration, on va voir comment l’augmenter par la suite. Pour l’instant, je regarde simplement ce qu’il y a à faire, et j’attends les conseils de la médecin aussi.

LDLc

Étant une personne à niveau de risque très élevé, 2 de mes grand-parents ont eu du diabète, ma grand-mère n’a plus de pancréas (je ne sais pas vraiment pourquoi mais du coup elle prend de l’insuline) et mon père est diabétique, autant dire qu’en plus de ça j’ai du surpoids, j’ai un risque très élevé. Donc, mon taux de LDLc devrait être dans l’idéal entre 0 et 1g/l. Super ! On est déjà sur un encadrement entre 0 et 1 ! Pas besoin de calculs :

  • en 2016 : 1,26 g/l ==> 26 % de trop
  • en 2019 : 1,43 g/l ==> 43 % de trop.

C’est assez alarmant je trouve ! Je ne sais pas vraiment comment le faire descendre, mais il faudra choisir un point en premier, et se focaliser dessus. Je ne pourrais pas attaque les triglycérides, le LDL et le HDL en même temps. Je pense qu’il faudra prioriser.

Glycémie à jeûn

D’après ma feuille, elle devrait se situer entre 0,74 et 1,06 g/l. J’ai également lu qu’elle ne devait pas dépasser 1,25 g/l pour ne pas être considérée comme diabétique.

Je vous passe le détail de la mise en place de l’indice, mais grosso modo, il faudra faire ( x – 0,74 ) / 0,32 pour passer entre 0 et 1 et pas dépasser les 59 % pour ne pas être considéré.e comme diabétique.

  • en 2016 : 1,07 g/l ; indice : 1,03 ==> 3 % en trop
  • en 2019 : 1,17 g/l ; indice : 1,34 ==> 34 % en trop.

C’est terrible, je suis plus proche du diabète que de la valeur normale. Je pense que la médecin va me proposer une nouvelle prise de sang pour tester l’hémoglobine glyquée. J’espère que ce taux est dû au fait que j’ai beaucoup mangé et beaucoup bu pendant la période de Noël / Nouvel an. J’ai pas vraiment laissé de répit à mon corps. De plus j’ai arrêté le jeûne pendant cette période. Mais j’espère que c’est exceptionnel.

Bilan

Quoiqu’il advienne, il va falloir je pense, le prioriser comme ça :

  • glycémie à baisser ;
  • HDL à augmenter ;
  • LDL à baisser ;
  • triglycérides à baisser encore.

Je pense que les triglycérides sont déjà bien descendues, donc ce sera plus simple de maintenir.

Concernant le choix entre HDL et LDLc, le HDL semble plus facile à monter que le LDLc à baisser. Pourquoi ? Parce-qu’il me semble que l’activité physique augmente l’HDL.

Et pour la glycémie, c’est évident que ça soit le premier combat. On verra comment faire !

Analyse du poids depuis fin 2014

Ah ce mois de janvier ! J’entends des « Bonne année » à tout bout de champs. J’avoue qu’une fois que j’ai décuvé, je souhaite bonne année à quelques personnes, après j’ai fais la transition.

Alors un peu de déceptions ces temps-ci, puisque j’ai repris un peu de poids, et que j’ai des fringales pas possibles, je lutte pour pas trop reprendre. Il faut savoir aussi que je n’ai pas jeûné pendant 2 ou 3 semaines. J’ai tenté ce lundi (le 14) impossible ! Bon, il faut avouer que j’ai pas mal de stress en ce moment, mais j’essaie de limiter les dégâts. C’est dur, mais on tient le coup, en espérant que les choses se tassent.

Voyons voir ce que ça donne, pour se faire une idée :

  • en bleu : mon poids au jour le jour
  • en orange : mon poids sur une fenêtre des 15 derniers jours
  • en jaune : la barre des 45 d’IMC
  • en vert : la barre des 40 d’IMC que je souhaiterai atteindre fin 2019/ début 2020
  • en gris : des paliers de poids qui représentent 5 kg

2019-01-16 12_09_04-johnny - teamviewer - licence gratuite (seulement pour l'utilisation privée)

Alors cette courbe n’est pas complète, on voit qu’il y a de longues périodes où on n’a pas de valeur et où le logiciel a simplement lié deux poids entre eux dans un laps de temps éloigné.

Cette courbe commence en novembre 2014, la première descente correspond à une période qui va de novembre 2015 à février 2016, où j’avais commencé à changer mes habitudes alimentaires, c’était une bonne période, mais j’ai eu une semaine très dure où j’ai été très faible, et je ne savais pas pourquoi, j’avais mis tout cela sur le dos de mon alimentation qui avait changé du tout au tout en quelques semaines. J’en avais gardé quelques bonnes habitudes, mais j’ai tout de même repris, et plus qu’il ne le fallait.

Puis vient le pic de mai/juin 2017 où j’ai atteint un poids record. Entre temps j’ai eu assez de recul pour comprendre ce qui n’allait pas à ce moment là. J’avais tout mit sur le fait de ne presque plus manger de féculents, ce qui m’avait rendue apparemment faible : vision qui se troublait le soir, vertiges réguliers vers 17h/18h, baisse de tension (j’ai atteint une tension record de 5/3 un soir où j’ai cru que je ne me relèverai jamais). J’avais ris au nez de mon médecin lorsqu’il m’a parlé d’hypoglycémie, vraiment ? moi ? je suis un sucre ambulant. Eh bien, en réalité, et j’ai pu le constater par la suite : effectivement si j’ai mangé à 12h/13h il m’est arrivé d’avoir ces vertiges à nouveau, je mangeais 2 dattes ou 2 pruneaux, et cela partait. Ensuite, la baisse de tension et tout : entre le fait que je buvais une quantité incroyable de thé (le thé contient des tanins qui empêche l’assimilation du fer) et que j’avais une période où je me réveillais la nuit avec des saignements de nez énormes (je trouvais une flaque de presque 20cm de diamètre à côté de ma tête sur le drap), du coup j’ai appris, et je fais plus attention à ça.

En tout cas voilà, j’ai voulu perdre un peu l’an dernier, et c’est en mai 2018 que se situe la dernière période où une descente est amorcée. On voit que mon poids stagne en septembre/octobre (juste en dessous de la ligne jaune) puis janvier, où je suis repassée au-dessus de la ligne jaune.

Alors là j’ai repris mon attention : notamment sur l’hydratation, et j’essaie de limiter mes repas. J’y suis particulièrement attentive ces jours-ci, même si j’ai pas su échapper à une fringale émotive ou deux. Il est hors de question de perdre tout ce que j’ai acquis ces derniers mois.

En plus de l’hydratation, on va revoir certaines choses, puisque j’ai des décisions à prendre concernant ma prise de sang. Je vais faire un autre article à ce sujet.